Sexe avec une jeune salope exhibitionniste – Histoire de cul

« La tribu Nukabé est un étrange peuple indigène de l’ouest de la Colombie. Nous sommes très excités d’avoir l’occasion d’aller les étudier. »

Le professeur Thomas Flacel était mon professeur d’archéologie à UC. J’ai fait un stage sous ses ordres et j’en étais à la deuxième année où j’avais travaillé pour lui sur diverses bourses. Surtout juste pour trier les données. J’étais encore à un an de terminer ma thèse, mais j’aurais finalement obtenu mon doctorat.

« Ce serait votre première mission avec nous où vous travailleriez sur le terrain, n’est-ce pas, Isabelle ? »

« Oui, professeur », j’ai dit.

« Isabelle, je veux que tu saches que ce voyage n’est pas obligatoire. L’Amérique du Sud peut être un endroit très dangereux, bien que la tribu Nukabé soit réputée pour être peut-être la tribu la plus pacifique du continent. Il ne devrait pas y avoir de menace de violence, mais tout de même, un avertissement juste et tout. »

« C’est bon à savoir », j’ai dit. « C’est d’autant mieux pour que je me sente à l’aise sur ce coup-là. »

« J’ai besoin de vous donner plus de détails avant que vous ne vous décidiez. »

« D’accord », j’ai dit.

« Même si ces tribus indigènes d’Amérique du Sud sont petites et confinées, des actes criminels peuvent se produire. Des missionnaires assassinés, des violences tribales, des viols occasionnels. La tribu Nukabé est unique en ce sens qu’aucun acte de violence n’a jamais été signalé dans son histoire connue. Et ils ont été découverts en 1891 ! »

« Combien de fois des étrangers leur ont-ils rendu visite ou ont-ils été étudiés ? »

« Plus de cinq expéditions connues et enregistrées. Différents missionnaires y sont allés, bien sûr. La tribu a toujours permis aux gens de rester ou d’aller et venir à leur guise, pourvu qu’ils contribuent à la communauté d’une façon ou d’une autre. »

« Alors pourquoi cette étude est-elle si spéciale ? »

« Parce qu’il y a presque deux décennies que personne n’a enregistré ses activités pour la dernière fois. Toutes les études que nous avons vues jusqu’à présent montrent qu’un peuple autochtone, peu importe à quel point il est exposé au monde en évolution, refuse de se déplacer avec lui. Il sera intéressant de voir que c’est vrai aujourd’hui. »

« Encore combien de semaines ? »

« Six. On part dans deux semaines. Mais voilà le truc, Liz… »

« Crache le morceau », j’ai dit.

C’est peut-être une tribu paisible, mais elle a une  » hiérarchie  » plutôt inhabituelle. Pour les étrangers, il peut sembler que les femmes sont considérées comme des citoyennes de seconde classe. »

« Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« Eh bien, les femmes là-bas, surtout les jeunes comme vous, sont souvent soumises à des épreuves plutôt humiliantes. Beaucoup y vont nus, non pas pour des raisons pratiques, mais plutôt pour plaire à l’attention des hommes. Certains d’entre eux font même des actes sexuels, pour ainsi dire par devoir. »

« Je croyais que vous disiez que c’était un peuple pacifique. Il me semble qu’ils oppriment leurs femmes, les traitent même comme des esclaves ! »

« C’est justement ça. Aucune de ces femmes ne fait ces choses sans le vouloir. »

« Bien sûr, c’est ce qu’on dit ! » m’exclamais-je. « Ce sont des femmes maltraitées ! »

« Ce n’est pas si simple. »

« Bien sûr que si ! » Je me suis moqué. Personne, homme ou femme, ne voudrait être l’esclave d’un autre.

« Non, écoutez-moi attentivement. La première expédition qui a découvert cette tribu en 1891 avait cette croyance. Que même si la tribu était amicale et pacifique, l’humiliation de ces femmes était une chose cruelle et injuste. Cependant, en s’assimilant à la tribu, ils ont constaté que les femmes étaient toutes très heureuses et satisfaites. Véritablement heureux ! La prochaine expédition, en 1921, l’équipe de recherche suivante a enregistré les mêmes phénomènes. »

J’ai dit : « D’accord », j’hésitais. J’avais l’impression qu’il y avait plus que ça à venir.

« Deux ans plus tard, en 1923, une autre expédition est organisée, cette fois avec quatre femmes dans l’équipe. C’était une première, car il n’y avait que des hommes qui y étaient allés auparavant. Elles voulaient savoir si les femmes membres de la tribu se lieraient peut-être avec ces chercheuses, même si elles ne se soumettraient pas à de tels actes. On pensait, vu leur caractère paisible, que la tribu comprendrait mieux leur propre culture de violence. »

« C’est logique », j’ai dit.

« Quand elles sont arrivées, trois des filles ont commencé à être excitées sexuellement de façon anormale. En quelques minutes, elles étaient aussi nues que beaucoup de femmes de la tribu et se comportaient parfois avec autant d’audace. »

« Quoi ? »

« Les filles ont dit qu’elles ne pouvaient pas s’en empêcher. Qu’ils voulaient accomplir les actions dans lesquelles ils se sont engagés. Isabelle, ils ont été soumis à des choses très honteuses ! »

« Comme un abus sexuel ? »

« Oui…. et non. Ce n’est pas de l’abus si la personne le veut. Chaque fois, c’est exactement ce qui s’est passé. Les femmes ont déclaré qu’elles étaient d’accord pour se comporter de cette façon ; qu’elles aimaient cela. Si ces rapports sont exacts, certains iraient jusqu’à se masturber devant un auditoire. Quoi qu’il en soit, bien que de telles choses se soient produites, il n’y a eu aucun cas connu de viol ou d’abus sexuel. »

« Comme c’est étrange, » dis-je. « Mais pourquoi les femmes se comporteraient-elles ainsi en public ? Quelque chose dans l’eau ? »

« Peut-être. Selon notre théorie, c’est un aphrodisiaque naturel qui se trouve dans l’environnement, ou peut-être quelque chose qui émane des membres de la tribu ; quelque chose dans leurs phéromones, peut-être. »

« Alors laisse-moi faire les choses bien. Vous dites que si j’y vais, il y a de fortes chances que j’agisse de façon incontrôlable, incontrôlable, devant vous et devant d’autres, y compris des étrangers ! Et ça ne me dérangera pas de le faire ? »

« Je vous dis que statistiquement, c’est une possibilité. D’après le rapport de 1923 et une étude beaucoup plus vaste menée il y a près de vingt ans, la majorité des femmes se dénigrent délibérément. On parle de six ou sept sur dix. Les autres ne seront pas affectés du tout ; tout comme les hommes du groupe. Je dirai ceci, cependant… »

« Qu’est-ce que c’est ? » J’ai demandé.

« Nous allons là-bas pour étudier spécifiquement ce phénomène, ainsi que d’autres aspects culturels, bien sûr. Cependant, si vous n’êtes pas affecté par ce qui fait que le genre féminin réagit de cette façon pendant que vous êtes dans le village, nous sommes sûrs que vous ne mépriserez pas les femmes qui sont affectées. »

« Bien sûr que non », j’ai dit. « J’ai encore du mal à croire que c’est un acte délibéré des femmes. Je pense qu’il se passe quelque chose de beaucoup plus néfaste. »

« Quoi qu’il en soit, si vous étiez affecté, nous n’aurions pas d’autre opinion de vous. Nous serions tous respectueux et profiterions de l’occasion pour étudier le phénomène. »

Je dois mentionner que j’ai peut-être la plus grande poitrine à la taille de monture de tout New York. J’étais naturellement agile et mince, avec un derrière ferme, mais mes seins sont gigantesques ; de proportions épiques. Quelqu’un a dit un jour que j’avais les seins parfaits, mais plus gros. « Beaucoup plus gros. » Des aréoles géantes encerclent des mamelons épais et charnus. Mais j’étais plus un monstre de la nature qu’un pot de miel.

Jusqu’à récemment, je n’avais même pas été nue devant qui que ce soit depuis des années. L’autre soir, pour une grosse somme d’argent et d’autres raisons dont je ne suis toujours pas sûr, j’ai travaillé à une fête topless. J’ai dû admettre que ça m’a beaucoup excité, d’être reluqué par tant d’hommes. Ce n’était pas une expérience aussi mauvaise que je le pensais et j’ai découvert que beaucoup de mecs aiment les gros seins, même ceux comme les miens.

L’idée d’être non seulement nue, mais aussi carrément salope devant un public, m’a soudain beaucoup excitée. Les pensées de cette fête étaient encore fraîches dans ma tête et, il faut bien l’admettre, cela m’excitait souvent à y penser. Sans hésiter un instant de plus, j’ai insisté pour me joindre au parti et le professeur Flacel n’a rien pu faire pour me convaincre du contraire.

Imaginez donc ma surprise et ma déception lorsque nous sommes enfin arrivés. Quelques minutes après être entrés dans le village, alors que tant de membres de la tribu se rassemblaient pour nous accueillir, six des dix femmes de notre grand convoi ont commencé à se déshabiller complètement.

J’ai été surprise qu’un si grand nombre de femmes scientifiques et de stagiaires aient accepté de se joindre à ce parti après avoir été informées des risques, mais vu la rapidité avec laquelle j’ai accepté de m’y joindre, je suppose que je n’aurais pas dû être aussi surprise, après tout. Ces six femmes se frottaient les seins, se tortillaient les mamelons et quelques-unes jouaient même avec elles-mêmes pendant qu’elles se présentaient à la foule. Certaines des femmes de la tribu étaient aussi nues que ces internes et franchement, tout aussi obscènes. Une femme d’une tribu plus âgée, peut-être dans la quarantaine, donnait la tête à un jeune homme presque de la moitié de son âge et personne ne semblait même le reconnaître !

« C’est un phénomène étrange, n’est-ce pas ? dit le professeur Flacel en s’approchant derrière moi.

« Oui, c’est le cas, dis-je, et c’est alors que j’ai pris la décision immédiate de faire quelque chose d’absurde. J’ai rapidement arraché ma chemise, exposant mes seins qui étaient maintenus fermement en place par un énorme soutien-gorge noir. D’un seul geste, j’ai détaché le devant et l’ai arraché, avant d’arracher mon pantalon et ma culotte. En quelques secondes, je me suis mis complètement nu devant le professeur et le reste de la foule.

L’un des stagiaires nus a crié du centre de la foule : « Toi aussi ! Je suis si contente qu’on soit plus nombreux ! »

« Il semble donc que vous aussi, vous aussi, soyez affectés « , dit le professeur en me regardant de haut en bas.

« J’ai menti en regardant ses yeux s’arrêter sur mes gros mamelons, en regardant longtemps. Je pourrais jurer qu’il s’est léché les lèvres, et même si j’aurais probablement dû trouver ça flippant, ça m’a excité. Franchement, je ne m’en serais pas soucié s’il l’aimait ou non ; le simple fait d’être ainsi exposé devant tant d’étrangers et de collègues m’a fait vibrer.

« Tu as été capable de tenir un peu plus longtemps que les autres filles, » dit-il.

« J’ai fait de mon mieux », en mentant encore. En suivant les conseils des autres filles, j’ai commencé à caresser les bords de mes mamelons. À ce moment-là, j’étais déterminée à jouer le rôle d’une de ces filles sexuellement mésestimées, alors j’ai dû faire tout ce qu’ils ont fait pour sauver les apparences.

Céline, une brune à l’air plutôt simple et la plus jeune du groupe, avait les jambes écartées et elle se mettait deux doigts dans la chatte, tout en parlant à une des autres filles et à quelques membres de la tribu. Le professeur Flacels’est approché d’elle.

« Céline, tu peux parler un instant ? » demanda-t-il.

« Bien sûr, Doc ! » dit-elle, se tournant directement vers lui, s’assurant qu’il ait un regard fantastique sur sa chatte enflée.

« Est-ce que ça… euh… être dans cet état… », a-t-il un peu bégayé en lui faisant signe, « … ça ne vous dérange pas ? »

« En fait, non », répondit Céline, plongeant ses doigts plus profondément. « C’est plutôt étrange. C’est comme si j’étais obligé. Je suis si excitée en ce moment, c’est inexplicable ! Au point que je ne suis pas du tout offensé de savoir qui regarde. I… J’ai juste besoin de me baiser tout de suite. Il me semble logique que tout le monde soit d’accord avec cela aussi. Oh, et ça fait tellement de bien, mieux que jamais je ne me suis masturbé ! »

« Hmm… une chose étrange, » dit le professeur, se retournant vers moi. « Et toi, qu’en penses-tu ? Vous sentez-vous obligée de la même façon ? »

Sachant ce que je devais faire, j’ai courbé le dos et écarté les jambes, comme si j’étais à cheval. Je me suis alors étendu vers le bas et ai commencé à frotter ma chatte dans un mouvement circulaire. Je n’arrivais pas à croire que je faisais ça, à être aussi salope. J’ai continué le mensonge : « En fait, je crois que Céline l’explique bien. »

« Et ça ne vous dérange pas qu’on vous surveille tous les deux ? »

« Je ne peux vraiment pas le contrôler », dit Céline en grinçant en rythme. « Je ne vois pas pourquoi je devrais me laisser déranger par ça. Je veux dire…. Je suppose que je devrais, mais ce n’est pas le cas. »

J’ai hoché la tête d’un air d’accord quand deux membres de la tribu se sont approchés de moi. « Pourquoi tu fais ça ? » dit le plus grand des deux, directement à moi. Il était très sombre et musclé et ne portait pas grand chose. Sa queue à moitié dure était longue et soulevait le tissu de sa tunique courte. Je ne pouvais m’empêcher de penser que le spectacle que je donnais contribuait à son état d’éveil.

Je me frottais la chatte plus furieusement quand il me regardait. « Faire quoi exactement ? » J’ai demandé. Je n’arrivais pas à croire que tout le monde regardait mes seins rebondir de haut en bas quand je me frappais. Toute la foule commençait maintenant à se rassembler autour de moi, beaucoup ignorant les autres filles. J’avais l’air d’attirer le plus d’attention.

Le grand membre de la tribu m’a tendu la main et m’a relevé les cheveux, doucement. J’ai arrêté de me baiser pour me serrer les mamelons pendant qu’il agitait mes longs cheveux en l’air.

« Tu n’es pas un cheveu noir. Impossible ! s’exclama-t-il, les mains en l’air et les mains en bas de moi.

Je commençais à peine à comprendre ce qu’il insinuait quand le professeur Flacel a pris la parole.

« C’est incroyable ! » dit-il. « Isa, Josianne et Carole ne sont pas affectées et elles sont toutes blondes naturelles, comme toi. Mais regarde ! Toutes les brunes du groupe se comportent bizarrement. »

Ne voulant pas avouer, j’ai serré mon sein gauche et j’ai pincé le mamelon fort. « Et pourtant, je suis contraint, moi aussi. » D’une certaine façon, c’était vrai, mais pas toute la vérité.

Le professeur Flacel s’est approché et s’est penché. Mon sein gauche frottait contre sa chemise ; il était si près. « Isabelle, es-tu sûre d’être affectée de la même façon que les autres filles ? Regarde autour de toi. Même les femmes des tribus qui se comportent ainsi sont toutes des filles aux cheveux noirs. Ceux qui ont les cheveux clairs, et il n’y en a que quelques-uns, ne se comportent pas du tout de cette façon. »

« Que suggérez-vous, docteur ? » Ne voulant pas donner aucune impression de fausseté, j’ai attrapé mon sein droit et je l’ai soulevé jusqu’à ma bouche, aspirant fort le bout du mamelon pendant que je regardais innocemment le professeur.

Il s’est finalement tourné vers le chef de tribu. « Est-il possible que ce soit une première ?

« Il ne s’est jamais produit, dit le tribus, luttant pour expliquer qu’aucune femme aux cheveux clairs n’avait jamais été affectée par le sort du village. « Impossible ! » Il croisa les bras, me regarda sévèrement tandis que je continuais à faire semblant d’être sous leur charme.

Le professeur se tourna à nouveau vers moi, silencieusement, tout en me regardant fixement pendant que je continuais à travailler plus fort pour les convaincre.

« Tu te teins tes cheveux, Isabelle ? »

J’ai soulevé mon mamelon de ma bouche pour dire doucement : « Non. »

« Tu veux t’expliquer ? »

J’ai tapé un peu plus fort, enfonçant mes doigts plus profondément, mais les deux hommes sont restés silencieux à me regarder comme si j’étais un monstre plutôt que normal comme les autres filles. Ils étaient déjà en train de jouir et personne ne leur faisait attention. Finalement, je me suis arrêtée et je me suis redressée.

« Bien ! » m’exclamais-je. « Je l’ai fait parce que je ne voulais pas que les autres filles se sentent gênées comme je le pensais. »

Ce n’était pas vraiment la vérité, mais j’espérais qu’ils laisseraient tomber.

« Eh bien, vos actions pourraient sérieusement fausser nos données, Isabelle. Tu n’y as pas pensé ? »

« Euh, je suppose que non, mais… mais… »

« Mais quoi ? »

« Et si je veux le faire ? Qui peut dire que je ne devrais pas si tu laisses les autres filles le faire ? »

« Mais ils y sont contraints, n’ayant pas le choix en la matière. »

Le grand homme noir à côté du professeur acquiesça d’un signe de tête.

« Mais oui… euh… mais, eh bien, c’est difficile à expliquer. »

« Pourquoi ne pas commencer par le début », a dit le professeur.

Le reste de l’équipe, à ce moment-là, s’était blotti autour de notre conversation, quelques filles encore en train de caresser leur chatte. Une fille assistait son amie en la doigtant lentement avant de se mettre à genoux pour utiliser sa langue, mais je semblais être la seule à m’en rendre compte. Cela m’a rendu si mouillé d’assister à la scène et j’ai décidé d’aller avec une vérité d’une certaine nature.

« Professeur, je suis vraiment, vraiment excité en ce moment. J’ai besoin de jouir, ce n’est pas un mensonge. Maintenant, peut-être que les autres filles éprouvent un sentiment ou une contrainte différente pour expliquer leurs actions, mais je suppose que je suggère que peut-être, si cela est permis ici, c’est la raison pour laquelle je suis d’accord pour le faire devant vous tous. »

« Suggérez-vous que si c’était permis, disons, à la maison, vous le feriez aussi là-bas ? »

« Je ne sais pas. Peut-être « , répondis-je, commençant à caresser à nouveau mon sein gauche de la main gauche, en pinçant le mamelon pour faire bonne mesure.

Le professeur s’arrêta un moment et finit par dire :  » Eh bien, cela donne une tournure intéressante aux événements. Je ne vois pas pourquoi tu ne devrais pas être autorisé à faire ce que les autres font, alors que la tienne est une expérience sociale complètement différente. »

« J’ai une solution « , dis-je, continuant à caresser mon mamelon, permettant à tout le monde de bien voir mes actions. « Et si on suivait les autres, et qu’on voyait comment je me comporte à part ? Je vous assure que je ferai mon travail, que je décide de me baiser ou non, ou n’importe qui d’autre d’ailleurs. Je promets d’être toujours honnête avec vous si ce sont simplement mes comportements exhibitionnistes qui sont à mon avis la cause de mes actions, ou si c’est autre chose. »

« C’est ce qui se passe maintenant ? Vous l’admettez ? Tu fais ça de ton plein gré ? »

« Oui, » répondis-je, me confessant enfin en glissant ma main droite jusqu’à ma chatte, touchant doucement le clitoris. « Tu veux bien me laisser jouir, s’il te plaît ? » J’ai chuchoté.

Le professeur regarda les autres, et même le membre de la tribu qui était renfrogné haussa les épaules et sourit légèrement. Enfin, le professeur a parlé.

« Je vous en prie, continuez. »

Quelques instants plus tard, un feu a éclaté en moi, l’orgasme le plus fort que j’aie jamais connu alors que près de vingt personnes me regardaient, me permettant de me baiser sans distinction devant eux. C’était si chaud d’être si libre.

Et ce n’était que le premier jour….

Sexe avec une jeune salope exhibitionniste – Histoire de cul